11 7 / 2014

Dans le cadre des actions visant à renforcer l’inclusion financière des populations, l’accélération de la bancarisation et le financement bancaire des Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), des concertations ont été engagées entre la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et la profession bancaire, représentée par la Fédération des Associations Professionnelles des Banques et Etablissements Financiers (FAPBEF) de l’UEMOA
.
 
L’objectif visé est de parvenir à une réduction et à une rationalisation graduelle des conditions de banque appliquées à la clientèle, dans le strict respect du principe de libéralisation desdites conditions en vigueur dans l’Union.
 
Ainsi, au titre de la première phase de ce processus, il est porté à la connaissance du public que les services bancaires énumérés, ci-après, seront offerts à titre gratuit par l’ensemble des établissements de crédit exerçant leurs activités dans les pays membres de l’UEMOA, à compter du 1er octobre 2014.
 
La seconde phase concernera les services à facturer modérément et qui feront l’objet d’une communication en temps opportun.
 
Le Gouverneur
 
 
 
LISTE DES SERVICES BANCAIRES A OFFRIR A TITRE GRATUIT PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT DE L’UMOA
 

  1. Ouverture, fonctionnement et suivi de compte
  • Ouverture de compte ;
  • Délivrance de livret d’épargne ; 
  • Tenue de compte sur livret d’épargne ; 
  • Transmission de relevé de compte (une fois par mois) ; 
  • Relevé récapitulatif des frais annuels ; 
  • Dépôt d’espèces dans la banque du client quel que soit le guichet (hors acquittement de frais de timbre fiscal) ; 
  • Retrait d’espèces dans la banque du client quel que soit le guichet, à l’exception des opérations par chèques de guichet ; 
  • Domiciliation de salaire ; 
  • Changement d’éléments constitutifs du dossier du client, notamment d’identification ; 
  • Mise en place d’une autorisation de prélèvement (ordre de prélèvement à partir du compte) ou de virement permanent (création du dossier) ; 
  • Clôture de compte. 
2. Moyens et opérations de paiement
  • Retrait auprès d’un guichet automatique (GAB/DAB) de la banque du client ; 
  • Paiement par carte bancaire au sein de l’UMOA ; 
  • Consultation de solde et édition du relevé de solde au GAB/DAB dans la banque du client ;
  • Virement de compte à compte dans la même banque ; 
  • Encaissement de chèques tirés sur une banque de l’Union ; 
  • Encaissement de virements nationaux, communautaires et internationaux.
 
3. Banque à distance
  • Avis de débit et de crédit par voie électronique ;
  • Consultation et édition du solde et de l’historique du compte à travers le GAB/DAB de la banque du client.

09 7 / 2014

Immeuble El Hadj Omar Dia. #Sandaga #Dakar #Senegal

Immeuble El Hadj Omar Dia. #Sandaga #Dakar #Senegal

07 7 / 2014

Corniche Ouest. Plage de Koussoum. #Dakar #Senegal

Corniche Ouest. Plage de Koussoum. #Dakar #Senegal

07 7 / 2014

C’est une nouvelle mesure qu’a prise l’agence américaine du transport aérien (TSA) ce week-end. Une mesure étonnante qui risque de causer de mauvaises surprises à bon nombre de voyageurs. Dorénavant les appareils (PC, tablettes, smartphones) déchargés ne seront plus les bienvenus à bord.


Dans les faits, cela signifie qu’au contrôle de sécurité, si l’un de vos appareils ne s’allume pas, il faudra le laisser sur place, tout simplement. La TSA indique tout de même que les contrôles ne seront pas systématiques. Mais il seront fréquents. De plus, l’agence indique que ces contrôles seront appliqués sur les voyageurs en provenance de certains aéroports étrangers, sans donner plus de précision. Mais vous connaissez les Américains, vous vous doutez donc des pays qui seront surveillés.
Pourquoi une telle mesure ? Tout simplement car des objets hi-tech pourraient être vidés de leur composant pour abriter des engins explosifs, tout simplement. Le fait qu’un objet s’allume est donc un bon indicateur pour les contrôleurs.
En résumé, le seul objet déchargé que vous pourrez emmener aux États-Unis, sera votre flingue…

(Source)

04 7 / 2014

Sa voix était célèbre dans toute la France, associée à ce message puissant, ce cri d’espoir : « la base virale VPS a été mise à jour ». Olga Lauga, 44 ans, s’est éteinte ce matin au CHU de Reims. Ironiquement, c’est une infection virale qui l’aura terrassée prématurément.

La meilleure voix-off de sa génération

Mais qui était Olga Lauga ? Alors qu’elle s’éteint, on commence tout juste à découvrir l’immense héritage que la grande dame a laissé derrière elle. Née d’un père ukrainien et d’une mère française, Olga Lauga connaît une enfance difficile. Elle obtient malgré tout un bac littéraire mention très bien et intègre alors l’Institut Français de la Voix-Off, à Tours. Elle fait ses classes avec des grands noms comme Jacques-Yves Tabouret (voix-off des Zamours),  Ludivine de Fallope (la « petite voix » de C’est pas Sorcier) ou encore le légendaire Gérald Chibrette (générique d’introduction de la série « Le Rebelle »). Sortie major de promo, Olga Lauga fait alors le choix, très audacieux pour l’époque, de se tourner vers le secteur informatique. Adibou, Mortal Kombat (le fameux « Fatality » : c’est elle !), Street Fighter (le milieu l’appellera « Chun Li » pendant des années), Lauga enchaîne les prestations de haute volée.

Le déclic de souris

Malgré son talent époustouflant, Olga Lauga ne perce pas : la faute à un milieu extrêmement machiste et à une vision du métier en avance sur son temps, selon son biographe William Craquier. « Olga, c’était une martienne. Elle savait avant tout le monde ce que les gens voulaient entendre et comment ».  Elle obtient enfin la reconnaissance en 2002. La marque Avast lance à cette époque un immense championnat de vocalistes offisants pour débusquer LA voix de son nouvel antivirus. Lauga écrase la compétition avec, en finale, une imitation de Laurent Gerra qui imite Fernandel qui parle arabe avec un coup dans le nez. On l’étudie encore dans les écoles.  

La rançon du succès

Vient alors le temps du succès et de la descente aux enfers à la fois. Son interprétation de « la base virale VPS a été mise à jour », considérée comme un chef d’œuvre inégalé par le milieu, devient paradoxalement une immense source de détestation en France. Trop anticonformiste ? Trop d’émotion dans la voix ? Sans doute un peu des deux. « Il y a un peu de Beethoven, une pointe de Charles De Gaulle et beaucoup de Marie-Anne Chazel dans cette voix » disait joliment Valéry Giscard d’Estaing. Las : Olga Lauga n’en finit plus d’agacer la France. Des groupuscules radicaux se créent même autour d’un objectif avoué : mettre à mort Lauga. Elle doit changer de nom et d’adresse. Elle met fin à ses activités professionnelles. Enfin riche et célèbre, Olga entre pourtant en dépression profonde et vit reclus dans un T2 à Reims, sous protection policière. Sa santé décline à vue d’œil. C’est sans grande surprise qu’elle attrape un virus ravageur l’été dernier, qui aura raison d’une Olga peu combattive. « Gâchis ». C’est le mot qui revient à la bouche de tous ceux qui l’ont connu. « Insupportable », aussi.

(Source)

03 7 / 2014

Une voiture complètement écrasée par un camion à côté de EMG Automobile. #Dakar #Senegal

Une voiture complètement écrasée par un camion à côté de EMG Automobile. #Dakar #Senegal

28 6 / 2014

Coupe du monde 2014.

Coupe du monde 2014.

26 6 / 2014

Orange a débuté ce jeudi, à Dakar, la phase test de la 4G avec ses clients. L’opérateur historique a présenté cette haute technologie, 40 fois plus rapide que la 3G à quelques « testeurs ».  Ces derniers ont reçu chacun un terminal.


Étant en phase pilote, ce test permettra  à l’opérateur d’avoir les avis des consommateurs avant la phase finale.

Selon Orange,  des données  seront récoltées. Par la suite, l’opérateur les présentera au gouvernement du Sénégal  ( ARTP ) pour validation avant l’obtention de la licence 4G.

La technologie de la 4e Génération  est très rapide. Elle  peut atteindre des débits supérieurs à 100 Mb/s. La 4G qui est en phase test au Sénégal prendra fin le 31 décembre prochain.

Avant cette date, les trois opérateurs produiront un rapport d’évaluation détaillé portant notamment sur la qualité de service avant que l’État étudie les modalités d’attribution des licences 4G aux opérateurs qui pourront à coup sûr, assurer la couverture nationale du territoire avec une bonne qualité de service.

La phase Test de la 4G est pour le moment disponible à Dakar et Saly Portudal.



24 6 / 2014

Un  rapport de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) présenté aujourd’hui révèle que le deuxième opérateur de téléphonie Mobile qui a lancé la 3G+ il y a quelques mois, est désormais le leader de l’internet mobile au Sénégal.


Ce rapport dont notre partenaire  ITmag.sn a obtenu copie révèle  qu’au 31 mars 2014, Tigo détient globalement la plus grande part de marché (40%) devant Orange (38%) et Expresso (22%). Ainsi, du fait de la forte augmentation de son parc internet mobile, Tigo gagne 24 points de parts de marché. Cette position de Tigo s’explique par le développement, au cours de ce trimestre, de son parc internet mobile qui coïncide avec son introduction sur le segment 3G depuis décembre 2013.



Selon le rapport, le parc global des abonnés à internet a augmenté assez régulièrement au cours de l’année. Il est de 3.614.033 au 31 mars 2014, soit une croissance de 56,47 % par rapport au trimestre précédent. Cette évolution résulte de la forte hausse du parc internet mobile hors clés.


Le parc global de lignes de téléphones mobiles s’élève à 14.065.291, en progression de 7,09% par rapport au trimestre précédent. Le taux de croissance du parc a aussi augmenté au cours de ce trimestre (7,09% contre 3,24% le trimestre précédent).

La croissance du parc global de lignes de téléphones mobiles au cours de ce trimestre est principalement soutenue par Tigo et Orange dont les parcs ont respectivement augmenté de 514.484 et 345.745 lignes. Ainsi, Tigo détient 24,23% des parts de marché contre 20,25% pour Expresso, qui a enregistré la croissance la plus faible de son parc (69.894 lignes). Orange détient 55,52 % de parts de marché.

Le taux de pénétration du parc de lignes de téléphones mobiles continue de progresser et dépasse pour la première fois 100%, (soit 103,67% au cours de ce trimestre contre 96,8% le trimestre précédent).

Ce rapport de l’ARTP qui donne la situation du marché des télécommunications au 31 mars 2014, ainsi que les évolutions enregistrées durant le premier trimestre de l’année précise que le parc global de lignes de téléphones fixes continue de baisser et s’élève à la fin de ce trimestre à 336.737, en baisse de 2 % par rapport au trimestre précédent.

21 6 / 2014

Valbuena et le poteau corner. #France #Mondial2014

Valbuena et le poteau corner. #France #Mondial2014